30 novembre 2006

La hausse des prix du pétrole

petrole_couvUn phénomène mondiale important eut lieu l’année dernière : C’est la hausse des prix du pétrole. Les cours de ce que l’on appelle « l’or noir » ont augmenté considérablement pour plusieurs facteurs et dans un contexte mondial particulier. Ainsi, la question de cette augmentation s’articule autour de trois questions :

1. Quelles sont les facteurs de la hausse?

2. Quelles en sont les conséquences?

3. Quelles solutions sont proposés pour y remédier?

Pour tenter de répondre à la première question, il est tout d’abord important de souligner quelques chiffres indicateurs. Le prix juste du pétrole, estimé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ou OPEP, a été défini entre 22 et 28 $ le Baril. Or, la semaine dernière ce même Baril a dépassé les $50. Cela est phénoménale car c’est le prix le plus élevé qui fut enregistré depuis 30 ans. Pour expliquer la hausse du Baril, deux critères sont fondamentaux : Une expansion économique généralisée et Une production ralentie par plusieurs phénomènes.

L’expansion Economique est le développement économique du monde. Certains pays ont nettement améliorer leur PIB, notamment la Chine et les États - Unis grâce à la production industrielle, au commerce et à la consommation des ménages.  D’ailleurs, les chiffres l’affirment puisque il a été enregistré une croissance de 4,3% aux États - Unis, et une croissance de 9% en Chine, pour l’année 2004. Mais le FMI (fonds monétaires International) redoute néanmoins la faiblesse du marché du travail et si les prix restent élever, la consommation des ménages sera diminuée. Au Japon, la croissance atteint 3%, Dans la zone Euro 1,6%,  en Allemagne 1.7%. Enfin, la France est le pays d’Europe le plus touché par cette croissance avec un score de 2,7% en plus. Mais l’expansion économique qui se développe amène plusieurs facteurs qui amènent à un ralentissement de la production mondiale.

On assiste aujourd’hui à plusieurs types de phénomènes qui ralentiront la croissance mondiale dans quelques temps. Un des premiers facteurs de ce futur ralentissement est la demande pétrolière. En effet, celle-ci est de plus en plus importante quant à l’expansion économique mondiale et tend à réduire l’offre. Pour illustrer cette idée, sachez qu’ aujourd’hui on peut produire dans le monde 1,2 millions de Barils/jour alors que la demande est de 82,2 millions de Barils/jour. De plus, les pays producteurs commencent à puiser sur les réserves de pétrole à cause de la pénurie extérieure. Du fait de la production qui ne peut être augmentée, la hausse des prix des matières s’en ressentent et notamment dans la consommation des ménages, car les prix comme le carburant sont plus chers. D’ailleurs, le chancelier Allemand Gerhard Schroder définit ce phénomène comme « taxe supplémentaire frappant consommateurs et industries ». 

C’est une production ralentie aussi par des zones de conflits comme l’Irak, l’Arabie Saoudite ou le Nigeria. En effet, au Nigeria par exemple, une déclaration de guerre fut faite par des rebelles dans la région du Delta, région riche en pétrole. Ceux-ci menacent la production de 2,3 millions barils/jour et imposent aux compagnies pétrolières étrangères à se retirer de la région, ce qui affole le marché mondial. En Arabie Saoudite, c’est l’insécurité qui prône sur les installations de pétrole. Enfin, en Irak, les Oléoducs ont été sabotés. Tous ces évènements tendent à renforcer la hausse des cours de l’or noir, car ce sont ni plus ni moins des menaces terroristes qui s’attaquent directement à la source de l’économie mondiale. En plus des risques d’actes terroristes,  les zones de conflits s’intègrent à ces actes.  On peut souligner que d’autres phénomènes comme les facteurs météorologiques ( cyclones Yvan et Jeanne dans le Golf du Mexique), la dépendance de l’Europe sur la demande extérieure (qui vise à se restructurer de l’intérieur) et les problèmes budgétaires sont autant de facteurs à présenter afin de comprendre la hausse soudaine des prix du brut. Ainsi, si les facteurs sont assez nombreux, les conséquences n’en sont pas moindres.

Tout d’abord, à force de puiser sur les réserves, une crise survient et ne fait qu’augmenter les prix des matières premières. C’est notamment le cas en Chine. A long terme, le phénomène débouchera sur une Inflation élevée car la consommation diminuera, et on voit déjà apparaître une hausse des profits  des entreprises afin de faire face à la crise.

Pourtant, les politiques minimisent les risques d’accélération de l’inflation pour les prochains mois car la croissance mondiale a poussé de façon inattendue et permet aux économistes d’affirmer qu’il s’agit « d’une légère inflation ». Aussi, certains misent sur la prudence et souhaitent que des mesures soient vite prises car, pour eux, « attendre trop longtemps avant de réagir aux premiers signes de l’inflation est un risque supplémentaire à la hausse des prix du pétrole ». Aussi, la croissance mondiale est prévu à court terme mais pas à long terme.

En effet, un phénomène contradictoire se pose ici : A court terme, la croissance mondiale est généralisée. Pourtant, a long terme elle se révèlerait dangereuse car, plus les pays se développent, plus ils ont besoin de matières premières pour leur expansion économique et plus la demande est forte. Partant de là, il est facile de comprendre que la demande étant trop grande par rapport à l’offre, le prix des matières premières augmente, l’inflation s’installe et paralyse le pays puisque du fait d’un manque suffisant de pétrole, ces pays ne produisent plus autant. C’est ainsi que la croissance mondiale pourrait être arrêtée.

Posté par bobo06 à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La hausse des prix du pétrole

Nouveau commentaire